Quelques extraits d'articles de presse

2011

Dans le cadre du Festival des Arts du récits, la conteuse était accueillie à l'espace "3 Pom" 

A chaque séance les enfants ont ouverts tout grands leurs oreilles pour écouter les histoires qu'elle sait faire vivre avec talent. Une prestation qu'elle maîtrise fort bien puisqu'elle à réussi à captiver son jeune auditoire.

Télérama.fr  2008
--------------------
Deux histoires à écouter sous l'arbre, avec des lettres qui apparaissent et disparaissent, des filles à marier, des oubliettes, des portes et un bout du bout du banc.
Cliquez ici pour accéder à la page de l'article et écouter Christine...

CERRILLY 2010

Une conteuse à la maison de retraite

D'une voix musicale et douce, l'œil vif, souple, Christine mimait ses contes. On était suspendu à ses lèvres tellement elle faisait vivre ses personnages en prenant le ton de chacun d'eux. Les histoires étaient simples, comme des contes entendus dans l'enfance. Après des applaudissements bien mérités, la conteuse s'est jointe aux résidents pour goûter aux brioches et pralines "maison"!

2010

Dans le cadre du Festival Epos, "l'histoire d'amour entre les Lions du Sassoun et la conteuse Christine Kiffer" à attiré 54 spectateurs au Théâtre de l'Apparté. Le public à été enchanté par l'humour de la conteuse et ses facéties.

ESSOR DE L'ISERE  2007

Christine Kiffer a su enchanter le public avec un spectacle très personnel... Véritable lutin sortie des contes, elle enchante par sa gestuelle, prend possession de l'espace telle une danseuse sur son fil, toujours en équilibre. Ici elle chuchote, là s'exclame; pas besoin d'artifices, ni d'accessoires pour ces contes venus tout droit du patrimoine arménien. Pour Christine, l'art du conte c'est de faire entendre les voix oubliées, avec pour devise "Je jette vers l'ouragan les monstres ennemis et prie qu'un vent léger me les retourne, gentils!"

2007

Instants magiques parmi les estampes! 

Maison du Bailli de Mohrange Salon de la gravure

 « Mimiques, expressions, Christine Kiffer accompagnait ses récits d'une gestuelle amusante... L'assistance, emportée par le récit animé de la conteuse, n'a pas vu le temps passer. Des applaudissements fournis ont salué sa performance »

 

 

Le conte populaire - Approche socio-anthropologique
Michel Valière - Ed. Armand Colin, 2006
-------------------- 
«même humanisme également chez Christine Kiffer, au ton très personnel,... disant d'elle-même, avec modestie qu'elle parsème son chemin de quelques "petits cailloux blancs". Mais ses auditeurs privilégiés, ce sont d'abord les Choumacs, les chaudronniers du Bourget qui viennent à la Bibliothèque du Comité d'Entreprise où elle est employée à mi-temps. En effet, bibliothécaire depuis une vingtaine d'années, Christine Kiffer, d'origine arméno-lorraine, définit son métier de conteuse professionnelle comme un travail aussi exigeant que celui d'un artisan où il faut "faire du mieux qu'on peut pour tricoter les mots aux silences, avec un souci constant d'être simple, légère et de ne pas ennuyer son auditoire".

2004 

 Ce jour là , trois pommes sont tombées du ciel… La première fut pour Christine Kiffer : dotée du sens de la narration qu’elle aura héritée de sa mère arménienne, elle a ravi son auditoire par l’originalité de sa prestation due sans doute à la douceur du ton qu’elle emploie autant qu’a la timidité de ses gestes calquée sur celle des enfants dont elle a gardé la fraîcheur et l’étonnement. Douée d’une grande faculté d’improvisation, elle sait jouer avec les mots et enchanter petits et grands. » 
Alice Kéguélian

Revue La Parole  2004
--------------------
« On se demande si elle ne va pas plier sous l’épopée arménienne qu’elle nous propose d’introduire pour la première fois. Erreur, la conteuse ne cherche pas à porter le récit, mais à se promener au milieu et fait de même avec les contes plus légers. On la verrait petite fille joueuse dans un labyrinthe à plusieurs sorties, apparaissant régulièrement par une des issues, le temps d’un clin d’œil aux auditeurs, avant de s’engouffrer à nouveau…
Christine Kiffer a indéniablement un ton personnel. » 
Xavier Serry

La République de Seine-et-Marne  2001
--------------------
« … Christine Kiffer faisait vivre ses histoires autant avec son corps qu’avec sa voix, était aussi à l’aise dans le chant a capella que dans le récit. En effet, elle a travaillé dans l’atelier d’Henri Gougaud : (une référence !), elle a également pratiqué le théâtre et chose plus rare, l’acrobatie à l’atelier de Mario Randondi, où elle s’est exercée pendant 7 ans à marcher sur un fil. Est-ce pour cela que son spectacle donne une telle impression d’équilibre ? »

Conteuse

Mon livre

La Chèvre Biscornue

Lauréat du Prix Nord-Isère 2010  

le Livre de Christine Kiffer, illustré par Ronan Badel, aux Editions Didier Jeunesse Cliquez ici!